15 septembre 2010 RASSEMBLEMENT

, par udfo79

Prise de parole de Jocelyne BAUSSANT


PRISE DE PAROLE Force Ouvrière du 15 septembre 2010

Chers amis, chers camarades,

Aujourd’hui 15 sept, l’assemblée nationale vote la dite réforme des retraites. Malgré les manifestations, répétées et massives, malgré l’opposition de l’immense majorité des salariés, l’assemblée nationale vote le projet de loi du gouvernement qui repousse l’âge de départ en retraites à 62 ans minimum et 67 ans pour bénéficier d’une retraite sans décote. C’est la raison pour laquelle nous ne pouvions laisser passer cette date. Même seuls parfois, il faut savoir prendre ses responsabilités. C’est ce que FO a décidé. D’autres organisations sont présentes ce soir et ont pris position pour le retrait. C’est encore possible dans l’unité et en particulier pour l’appel au 23. Nous le souhaitons. Certains syndicats ont communiqué encore aujourd’hui en prenant position pour l’abandon du projet de loi. C’est le cas à l’hôpital avec la CGT, l’UNSA et la CFDT. Je m’en félicite. On aimerait que cela se répande partout. Maintenant, pour gagner, il faut aller au-delà des pique-nique ou manifestations. FO continue de dénoncer un projet dont la mesure d’économie principale repose sur le report de 60 à 62 ans et de 65 à 67 ans des droits au départ en retraite, parallèlement à l’allongement de la durée de cotisation, faisant supporter aux générations actuelles et à venir les ajustements budgétaires découlant de la crise. Des solutions, des moyens, des richesses, il y en a ! C’est une question politique que de les répartir autrement pour sauver le système de retraites. Encore une fois, 2 points de Produit Intérieur Brut règleraient le problème. Tout est déjà dit et écrit sur le sujet. L’analyse et les propositions de Force Ouvrière sont publiques et à disposition. C’est pourquoi notre confédération propose depuis des mois et des mois une grève franche pour bloquer le pays afin d’obtenir le retrait de ce projet. FO confirme son exigence du retrait ou de l’abandon de ce projet afin que « le dossier retraite soit examiné au regard de ses vrais impératifs de financement et de justice sociale ». Car cette loi, injuste s’il en est, remet en cause, non seulement l’âge de départ en retraite mais aussi tout le principe de solidarité, les régimes particuliers acquis qui reconnaissent la pénibilité de certains métiers. Pour FO l’égalité c’est reconnaître la pénibilité par métier et non au regard de l’état de santé de chacun, constaté à 60 ans !!. Avec cette loi, ce sont les salariés qui devront faire la preuve de leur incapacité personnelle, individuelle, avec la médecine du travail pour prétendre partir à 60 ans. Fait qui n’est pas anodin concernant la médecine du travail et outre le manque notoire de médecins et de visites notamment préventives (je rappelle juste que celles-ci sont passées à un rythme d’une tous les 2 ans .. et combien n’en ont que très rarement voire pas du tout ; le plus mauvais exemple étant donné par l’Etat lui-même qui ne les déclenche pas pour les salariés de droit privé qu’il embauche et ce malgré l’obligation légale) : Eh bien mes amis tenez vous bien, la médecine du travail passerait désormais sous l’autorité des employeurs ! Quelle sera leur marge de manœuvre malgré tout le sérieux et l’indépendance des médecins en question ! Nous en avons connu, qui, sous le régime de médecin d’entreprise, n’avait d’autre choix que de répondre bon gré mal gré aux ordres. Mais, là n’est pas le fond de la question. Les aménagements marginaux que le gouvernement fait mine de concéder ne sont qu’autant d’éléments de plus pour faire passer l’essentiel. La pilule est trop grosse alors on la lime un peu ci et là. Mais qu’à cela ne tienne, ce qui compte c’est la casse des aspects fondamentaux : l’âge de départ, la durée de cotisation et le passage d’un système total par répartition à un système à 3 niveaux dont 1 seul leur permet de dire qu’ils maintiennent le système par répartition. 2 niveaux seront liés soit à la capacité de négociation d’accords dans les branches professionnelles (je vous laisse deviner les dégâts) soit à la capacité individuelle à souscrire à une retraite complémentaire ! C’est tout un système, c’est tout un monde que celui de la protection sociale collective qui est en jeu : le mot est bien pesé. C’est tout le système financier qui attend, armes aux pieds pour sauter sur l’ouverture que permet ce projet de loi. Tout un « marché » livré aux appétits du système capitalo-financier en décrépitude. La fin de notre système de retraites, c’est le sujet immédiat à la mode partout en Europe, tous l’attendent ! Mais d’abord le FMI, l’Union Européenne et les agences de notation. Je ne vous apprendrai rien en vous disant que les banquiers-assureurs ou assureurs-banquiers sont prêts ! Le gouvernement a dit tout et son contraire et a martelé des contre-vérités ! Celle qui revient sans cesse sur l’allongement de la vie !! Alors puisqu’on vit + longtemps, on doit travailler + longtemps ! Je ne parle même pas de cette idée saugrenue qui pourrait bien germer dans la tête de quelques uns et qui, avec une telle logique, exigerait que les femmes travaillent encore + longtemps. Pardon, je me suis laissée aller .. Comment cela pourrait il leur traverser l’esprit ? j’exagère ! C’est grâce à la retraite ramenée notamment à 60 ans, au service actif dans la fonction publique et aux régimes spéciaux, le tout combiné avec un système de sécurité sociale qui nous est encore envié, que l’allongement de la durée de vie a été possible. Il faut donc, selon leur raisonnement, y renoncer ! Aujourd’hui FO a appelé à ce rassemblement parce qu’on n’accepte pas. La preuve est faite que les manifestations ne suffisent pas. La preuve est faite par des milliers de manifestants à Niort et partout en France. Le gouvernement fait voter son projet de loi, alors que l’immense majorité des salariés n’acceptent pas, bien que l’immense majorité des salariés est prête à se mobiliser comme démontré le 7 septembre. Alors que le gouvernement est fragilisé par de multiples affaires, comment expliquer, comment comprendre qu’aujourd’hui l’assemblée nationale vote ce projet injuste et inacceptable ? Ce texte voté aujourd’hui, soit on l’accepte en l’état, soit on se bat pour en exiger son retrait. Sans polémique inutile, il faut appeler un chat un chat. Le syndicalisme de constatation ne suffit pas ! si on considère que c’est inacceptable il faut se battre pour le retrait de la loi. Ceux qui sincèrement ou pas ont pensé combattre la réforme du gouvernement par les manifestations répétées ne peuvent que constater ce qu’il en est désormais. Il n’est plus temps de tergiverser. Soit on veut vraiment sauver la retraite à 60 ans et on se bat par la grève franche, soit on laisse passer cette date qui sera historique en terme de recul social. Il ne faut plus tourner autour du pot. Ceux qui refuseraient de prendre la responsabilité de se battre ou de se donner les moyens nécessaires pour obtenir le retrait, prendraient la responsabilité de laisser s’installer cette loi. Contrairement à ce que certains disent, FO ne cultive pas un splendide isolement ! FO est toujours prête à discuter et à faire des compromis. L’action commune peut exiger des compromis. Oui on peut être en désaccord. Mais soit on se bat pour le retrait soit on laisse passer. C’est pourquoi FO ne peut accepter des modes d’action qui conduisent à l’échec. Allons-nous continuer à faire des manifestations à répétition ? Après plusieurs dates au printemps, puis celle du 7 septembre massive, le 23 à venir, y en aurait-il d’autres ? cela ne conduit il pas à l’épuisement ? Les manifs de début 2009 étaient massives et pourtant cela a conduit à l’échec. Maintenant le temps n’est pas aux discours mais à l’action ! Chacun doit se poser la question. Il est une évidence, si toutes les organisations, ensemble, dans l’unité exigent le retrait de ce projet, si toutes les OS ensemble dans l’unité appellent tous les travailleurs, clairement, nettement, à cesser le travail, alors sans aucun doute, ce gouvernement sera contraint de reculer. C’est encore possible. Le 23, notre organisation appelle tous les travailleurs à faire grève et à manifester pour exiger le retrait de ce projet. Nous appelons tous les salariés dans les entreprises à se réunir dans l’unité la plus large pour discuter des moyens à mettre en œuvre pour obtenir satisfaction à notre revendication et quand les conditions sont réunies, à voter la grève, jusqu’à satisfaction de notre revendication. Aucune illusion, pour gagner, c’est la grève qu’il faut désormais. La grève dans l’unité des travailleurs et de leurs organisations. Je ne fais pas de vœu car ce ne sont pas les prières qui régleront la question ! FO a proposé, propose et est à disposition partout et avec qui le souhaite pour discuter et élaborer en ce sens. C’est dans ce cadre que FO s’adresse à toutes les organisations syndicales au niveau du département pour préparer la grève interprofessionnelle du 23 septembre. Pour le retrait de la loi, pour la grève, interprofessionnelle et franche, FO est prête !

Jocelyne Baussant, Secrétaire Général UD FO 79.